[LIGNES LIBRES] Trois points et des interrogations

by SÉNÉGAL ÑOO FAR

Premier match, premiers trois premiers ! On ne va pas cracher dessus ; mais il y a bien des choses à revoir si l’on veut s’éviter certaines déconvenues ou désillusions. Heureusement qu’au plus profond du doute, Sadio Mané a démontré pourquoi il était l’un des meilleurs joueurs actuels et a remis l’équipe du Sénégal dans le sens du match. Heureusement encore que ce Togo-ci était bien loin de celui d’Adebayor qui était venu en 2005 nous priver de Coupe du monde « Allemagne 2006 » à L.S. Senghor même.

Car, hier au stade Lat Dior de Thiès, les « Lions » n’ont pas été à la hauteur de leur statut d’équipe n°1 en Afrique depuis bientôt trois ans. Et pour une fois, ils n’avaient pas l’excuse de la qualité de la pelouse. Ils ont joué sur du billard, de l’avis général. Ce qui n’a pas empêché certaines approximations. Pour une rencontre d’attaque, à gagner forcément (question de standing et histoire de bien lancer la course vers le Mondial « Qatar 2022 »), on ne peut pas dire que les « Lions » y soient allés avec les idées bien claires. On le sait, coach Cissé a eu très peu de temps (au maximum deux jours) pour préparer cette rencontre. C’est pourquoi il devait se baser sur ses certitudes, ses acquis au fil des rencontres qu’il a dirigées depuis le banc et sur le vécu de ses joueurs.

Or hier, en positionnant Pape Matar Sarr en excentré droit, il s’est compliqué la tâche, en même temps qu’il a rendu un mauvais service au garçon. Milieu axial de formation depuis Génération Foot (L1 sénégalaise) jusqu’au Fc Metz (L1 française) et certainement à compter de la saison prochaine avec Tottenham (en Premier League), le garçon avait quelque peu perdu ses repères sur les flancs. Surtout qu’il n’a pas été aidé par « son » latéral, Ibrahima Mbaye, à court physiquement et pas très inspiré. En première période, Pape Matar Sarr, grâce à son intelligence de jeu, s’était trouvé deux ou trois fois en situation très intéressante qu’il n’avait malheureusement pas utilisée à bon escient. Il suffisait simplement de le placer au cœur du jeu et de faire de Sadio Mané et de Ismaïla Sarr, les excentrés. Le plus naturellement du monde. Et comme à leur habitude autant en clubs qu’en sélection.

Si bien que tous les deux, P.M Sarr et Ibrahima Mbaye, ont fait partie de la première valise de remplacements à la 70ème mn. Peut-être même qu’avec Moutarou Baldé (au vu de ce qu’il a montré à son entrée en jeu), il aurait été plus performant. Et encore…

Finalement, on retiendra la victoire. L’essentiel a été fait en attendant que la Namibie rencontre le Congo, ce jeudi à Windhoek, dans l’autre match de la première journée du Groupe H. Savoir gagner, pour une « grande équipe », c’est important. De ce point de vue, le Sénégal a rempli son contrat. Pour la manière, il faudra repasser.

Par Babacar Khalifa NDIAYE

Related Posts

Leave a Comment