Mamadou Doumbouya coordinateur de pasteef en Arabie-Saoudite<<

by SENEGAL-TECH

CONTRIBUTION

Au lendemain du hadj 2022 et à la veille de l’édition 2023, des Sénégalais indignés parlent depuis l’Arabie Saoudite.

Votre serviteur a profité de la Oumra 2022 pour s’entretenir avec des Sénégalais installés en Arabie Saoudite. Lors de cet entretien, plusieurs questions ont été agitées, dont la montée en puissance de Pastef en Arabie Saoudite, la cherté du package, le problème d’organisation du hadj sénégalais etc.

L’une des personnes ressources avec qui nous nous sommes entretenus répond au nom de Makha Doumbouya, chargé de l’organisation du Pastef en Arabie Saoudite. Interrogé sur la prouesse réalisée par Pastef lors des dernières élections, notre interlocuteur a affirmé que traditionnellement, c’est le parti au pouvoir et ses alliés qui remportaient les joutes électorales à l’étranger. Mais une fois n’étant pas coutume, Macky Sall et ses alliés ont été écrasés en Arabie Saoudite. Il confie : « Dans l’histoire du Sénégal, nous sommes le seul parti politique d’opposition à remporter des élections au royaume saoudien. A la présidentielle comme aux législatives, nous avons battu campagne avec le programme qu’Ousmane Sonko a présenté aux Sénégalais et ça a convaincu nos compatriotes vivant en Arabie Saoudite. Nous n’avons jamais vu Sonko et il n’est jamais venu à nous. Mais nous adhérons entièrement à sa cause. Pourtant, Macky Sall et son épouse sont fréquents en Arabie Saoudite. Ils dépensent énormément d’argent pour nos compatriotes d’ici, mais ça ne les a pas sauvés. D’ailleurs, ils ont même un député ici. Mais la présence massive de Pastef dans le Moyen Orient a rendu nul tout ce que le parti au pouvoir fait au royaume saoudien ». Makha Doumbouya enchaîne : « Nous n’avons jamais vu le candidat que Pastef a investi en Arabie Saoudite pour les législatives, mais nous avons massivement voté pour lui. En réalité, nous avons voté pour le programme que Sonko nous a présenté ».
Interpellé sur l’organisation du pèlerinage durant les 12 ans de règne du président Macky Sall, Makha Doumbouya considère que la délégation générale au pèlerinage fait de l’amateurisme. Pour lui : « Il y a un manque d’organisation telle que les missionnaires qu’on dépêche ici ne sont pas qualifiés. C’est anormal qu’on nous amène des missionnaires incompétents. La logique voudrait qu’on recrute les Sénégalais installés en Arabie Saoudite pour servir de guides ». Le constat de Doumbouya est le mieux partagé auprès des Sénégalais d’Arabie Saoudite. Ils souhaitent être impliqués dans l’organisation du hadj et qu’on les recrute comme encadreurs des pèlerins sénégalais.
Pour fonder en raison le sentiment des compatriotes installés en terre saoudienne, nous accusons l’Etat qui a mis à la tête du pèlerinage, le délégué Abdou Aziz Kébé, un homme frappé par la limite d’âge et interdit de pèlerinage en 2022. Pourtant, il a présidé à Saly Portudal un séminaire d’évaluation du hadj 2022. Si on n’est pas témoin d’un fait, on doit s’abstenir de le juger ou de l’évaluer. On doit confier le hadj aux compatriotes sénégalais installés en Arabie, parmi lesquels les étudiants, les ouvriers, les femmes etc.

Comparaison de packages
Concernant le package de la délégation générale, donc service public, le montant de près de 5 millions de Fcfa est excessif. Le prix plafonné doit être entre 3 millions et 4 millions de Fcfa. Même si les hôtels sont chers, cela ne justifie pas ce package excessif. Pour preuve, dans une enquête que nous avons menée récemment, une étude comparative a été faite sur des packages. Il est ressorti de cette enquête que, de toute la sous-région, le Sénégal demande le package le plus élevé. Comparé à l’Europe, le package sénégalais est encore beaucoup plus cher. A cet effet, les Sénégalais installés en Europe sont sidérés par le montant demandé. Rien que pour la Oumra, il est demandé 2 millions 500 mille Fcfa, alors que nos compatriotes vivant en Europe ont déboursé au plus 1.700 euros, soit 1 million 400 mille de Fcfa. Ce package comprend le logement dans des hôtels 5 étoiles en face du haram, un séjour de 15 jours, la restauration, la visite koullou ziar à Makka et à Médine.
Une chose est sûre, le privé sénégalais dépend de la délégation générale du hadj qui n’a pas le droit de faire du business. A ce titre, les taxes doivent être réduites ou suspendues sur les billets d’avion durant la période du pèlerinage à la Mecque, et l’Etat doit fixer un package raisonnable. Cela est possible parce que des pays africains dont le Cameroun et la Côte d’Ivoire, leurs packages respectifs atteignent à peine 3 millions de Fcfa. Et pourtant, leurs pèlerins sont logés dans des hôtels se trouvant dans les environs immédiats de la Kaaba, à Jarwal, à Misfala et à Jabel Kaaba.
Non contente de demander presque 5 millions de Fcfa à chaque pèlerin, la délégation générale s’est permis de loger ses pèlerins très loin de la Kaaba, voire même des kilomètres. Ces pèlerins étaient obligés de rallier la Kaaba par des bus, alors qu’elle pouvait bien les loger dans des hôtels très luxueux à des prix très abordables dans les environs de la Kaaba.
Aussi, les quotas octroyés par l’Arabie Saoudite aux différents pays de la oummah islamique qui envoient des pèlerins chaque année à la Mecque, sont proportionnels à la population de chaque pays. Il s’est trouvé qu’au Sénégal, selon les dernières statistiques officielles, la population est de 17 millions d’habitants. Donc le Sénégal devrait, dorénavant, envoyer à la Mecque 10% de sa population, soient 17 mille pèlerins par an, non plus 12 mille comme lors du pèlerinage de 2022. Et cela dépend de la volonté de la délégation générale au pèlerinage. Il suffit de demander l’augmentation du quota par rapport à la population actuelle du Sénégal.

Scandale financier sur les fonds du Covid 19
Enfin, interrogé sur le détournement des deniers publics dans le cadre des fonds du Covid 19, Makha Doumbouya dit qu’il n’y aura aucune poursuite judiciaire et que le rapport de la cour des comptes qui a épinglé des personnalités restera lettres mortes. Il dit à ce sujet : « Assurez-vous que le rapport de la cour des comptes restera sans suite. Mais 2024 est pour très bientôt. Je dis à Sonko de tenir bon, car il est sur la bonne voie. A Birame Soulèye Diop, le président du groupe parlementaire de Yèwou Askane wi, je dis la même chose. Lui, c’est un élément clé du Pastef, vu son statut de président de groupe parlementaire. Puisque tous les yeux sont rivés sur lui, je lui suggère de toujours se concerter avec Sonko. Au sujet des deux députés de Serigne Moustapha Sy, je dis que le combat sera âpre. Macky Sall ne connait que le rapport de force, alors il rencontrera sur son chemin des hommes et femmes déterminés à l’évincer démocratiquement par les urnes, si jamais il s’entête à vouloir imposer une troisième candidature anticonstitutionnelle ».

Cheikh Oumar TALL
Directeur de publication du journal « Al Yawmou – le Jour »
Envoyé spécial en Arabie Saoudite.

Related Posts

Leave a Comment